• La tomate Octavia

Quoi faire au potager au mois de février

Les jours commencent à s'allonger et les quelques rayons de soleil nous donnent envie de retrouver nos potagers au plus vite. Nous sommes déjà passés faire un tour et admirer nos quelques légumes d'hiver qui on poussé en totale indépendance, tels que les choux, les fèves, les poireaux, l'ail....


Et tout naturellement notre esprit commence à rêver de la suite : les plans, les semis, préparer la terre, les plantations....Pourquoi pas l'été, tant qu'on y est :)


Mais si c'est votre première année de relation avec votre potager ou même le jardinage tout court, vous ne nous comprenez pas probablement et nous prenez pour des fous. Bon, nous assumons, nous sommes des tomates, en fin de compte !


Alors, vous regardez votre bout de terre ou vos bacs et vos pots et vous vous demandez par où commencer ? Quel sortiment de tomates y planter ? Et à quelle profondeur ?

Ne vous inquiétez pas, nous sommes là pour vous accompagner, petit pas après petit pas. Commençons dans l'ordre donc :


Prenez le temps d'observer l'espace de votre futur potager


Il n'y a pas deux potagers pareils. C'est la règle d'or à retenir !

D'où l'importance de prendre le temps et observer votre coin potager.


Combien d'heures de soleil ?


L'ensoleillement est essentiel pour la bonne croissance de vos plantes. C'est à la fois source de lumière et de chaleur (même un peu trop en été). Savoir en avance si votre potager est plutôt en plein soleil ou plutôt ombragé c'est essentiel pour bien choisir les plantes à y faire pousser et maximiser les chances d'une belle récolte !

Plutôt ensoleillé (plus de 6h de plein soleil par jour) ? Les tomates, aubergines, concombres, courgettes, poivrons, artichauts, melons, pastèques, betteraves, la lavande, le thym, le romarin....vous avez le choix pour occuper chaque mm carré de votre potager !

Mi-ombre (au moins 3h de soleil) ? Salade, verveine, menthe, persil, basilic, tomates cerises, capucine, œillet d'inde, soucis, haricots, fraises, framboises... c'est à vous de décider !

Plutôt ombragé (moins de 3h de soleil) ? Salade (toute la famille), oseille, mesclun, épinard, blette, chicorée, menthe, cerfeuil, mélisse, ciboulette, violette, choux asiatiques, rhubarbe, radis, petites pommes de terre.... Qui a dit qu'on ne fait rien pousser à l'ombre ?


Y-a-t-il du vent ?


Eh oui, certaines plantes vont se montrer sensibles face au vent - à son souffle (qui en plus assèche) mais aussi au froid qu'il emmène, surtout au printemps, quand les jeunes pousses sont bien sensibles.

Parfois vos plantes vont pousser moins bien mais parfois elles vont même se casser, voir dépérir.

Savoir que votre potager est exposé aux vents forts, c'est mettre en place les bons plants et les bonnes mesures pour maximiser les chances de réussite. Cultiver en "dégradé" (du plus grand et costaud face au vent au plus petit et sensible, bien à l'abri du vent), tuteurer les plants qui poussent en hauteur (tomates, poivrons, aubergines) et pourquoi pas...installer des paravents (haies, petits arbustes, bambous, grillage...) pour stopper le vent.


Avez-vous des visiteurs ? (oiseaux, insectes, lézards ...)


Plus vous bénéficiez de la biodiversité naturellement, plus vos plantes vont s’épanouir ! Des insectes pour polliniser, des oiseaux pour maîtriser les ravageurs, des lézards pour maîtriser les escargots et limaces (quoi qu'ils sont nécessaires aussi au potager), des coccinelles pour manger les pucerons, des guêpes pour manger les chenilles vertes.....


En gros, il y a tout un univers qui va travailler pour vous et maintenir votre potager en bonne santé ! D'où l'importance de lui faire la place et lui créer les bonnes conditions pour s’installer.


Quel type de terre avez-vous ?


Même si de plus en plus certains "jardiniers" arrivent à faire pousser des plantes sans un grain de terre....nous sommes adeptes du bon vieux jardinage, avec de la terre sous les ongles (même avec des gants 🙄), des vers de terre qui sortent de tous trous et toute la vie que la terre englobe.


Il faut savoir que chaque plante a ses préférences sur le type de sol dont elle a besoin pour pousser.

Globalement le sol est composé de 4 éléments : l’argile, le sable, le calcaire et l’humus. L’argile rend un sol compact, alors que le sable lui donne une certaine légèreté. Le calcaire apporte du calcium au sol, tandis que l’humus l’enrichit en matières organiques. La quantité présente de chaque élément dans le sol, va déterminer la catégorie dont il fait partie.


Nous allons regarder 4 catégories de terre :

  1. Argileuse - il a plu et votre terre est collante, plutôt en motte, gorgée d'eau ? Vous avez des pissenlits qui poussent en toute tranquillité ? Il y a des fortes chances que votre terre soit argileuse. Compacte, elle ne favorise pas la circulation de l'eau et de l'air (nécessaires pour la bonne croissance des plantes). Par temps sec elle va devenir dure, sèche et fileuse, pas vraiment super pour jardiner. Privilégiez les racines pivots, qui vont avoir la force de pénétrer la terre et la travailler tout en poussant. Des apports de sable ou encore de compost vont travailler la terre et l'améliorer petit à petit.

  2. Limoneuse - disons que c'est une terre argileuse mais plus nutritive :)

  3. Calcaire - des carottes sauvages et des coquelicots poussent dans votre jardin ? Vous avez une terre calcaire ! Facile à travailler, avec un bon drainage, néanmoins les chances de voir votre sol lessivé sont forts. Les engrais verts sont une bonne solution dans ce cas !

  4. Sablonneuse - à l'opposé de la terre argileuse, elle est très légère et ne retient pas vraiment l'eau, chose parfois embêtante pour vos plantes. Le paillage est votre allié dans ce cas, car il va aider la rétention d'eau. Par contre, vous serez le roi de la carotte !


Y-a-t-il des arbres et arbustes ?


Si vous avez la chance d'avoir des arbres et arbustes (idéalement fruitiers) implantés sur votre terrain, c'est important d'en tenir compte lors de la constitution de votre potager.

  • L'ombre qu'ils vont faire

  • La présence de racines (certains arbres vont faire concurrence à vos plantes pour leur besoin en eau et nutriments)

  • Les besoins nutritifs de chacun

  • Les apports qu'ils vont faire au plantes à proximité

  • Les maladies possibles

  • Les bonnes et mauvaises associations, inspirées des principes de permaculture

Vous pouvez toujours planter au pied d'un arbre des plantes qui ont besoin d'ombre et / ou du tuteurage. En échange, l'arbre va avoir de la fraîcheur pour ses racines pendant l'été.


Quelles plantes poussent naturellement sur place ?


Le terrain du potager de notre résidence

Quoi que trop souvent considérées comme des mauvaises herbes, une bonne partie des plantes "sauvages" qui ont trouvé leur place dans votre potager sont comestibles ou au moins des alliés pour vos cultures. Le pissenlit, la mache sauvage, les carottes sauvages, les pâquerettes, les orties, la camomille...et la liste est longue...

De plus, elles vont vous donner des indices sur le type de sol que vous avez sous les pieds, comme nous venons de vous expliquer plus haut.


Planifiez votre espace potager


Mon premier dessein, pas une œuvre d'art !

Du papier, des crayons colorés et c'est parti !

Même si parfois chronophage, cette partie n'est en rien du tout compliquée. Il suffit de suivre quelques étapes on ne peut plus simples :

  • Listez les fruits et légumes que vous aimez manger

  • Classifiez-les en fonction de la période de semis (si directement en place) / repiquage

  • Dessinez votre espace potager, en respectant le plus possible les proportions

  • Placez vos cultures, en tenant compte des associations et des principes permacoles, des besoins de chaque plante, la vitesse de croissance, la place que la plante va prendre à sa maturité...

Vous allez probablement faire un 2eme plan du potager en été, pour inclure la rotation des cultures et le saison automne-hiver pour vos cultures.


Faites vos "courses"


Maintenant que vous savez exactement ce que vous allez semer / planter dans votre potager, le moment est venu de rassembler le matériel nécessaire.

Commençons par faire un inventaire de ce que nous avons déjà en matière de graines, outils, terreau, pots (si potager de balcon ou terrasse). Faisons ensuite un tri pour les graines et un nettoyage pour les outils (pour éviter d'amener les maladies de l'année dernière dans les cultures de cette année).


Mes graines pour un potager de terrasse

Pour compléter votre stock, plusieurs possibilités sont possibles :

  • Le troc / l'échange

  • Les dons ou les objets d'occasion (geev, le bon coin...). Je viens de récupérer un sécateur de mon beau-père lors de notre dernière visite 👩‍🌾

  • La récupération dans la rue (j'ai ainsi récupéré une 50aine de pots en terre cuite de toutes dimensions, que j'ai ensuite partagé avec d'autres jardiniers)

  • La déchèterie (pour le compost et les pots)

  • La famille, les amis, les voisins qui jardinent (nous avons toujours des graines en trop) ; vous pouvez même emprunter les gros outils pour la phase de préparation du sol

  • Les forums de jardiniers

  • Les grainothéques des associations locales

  • Les petits fournisseurs locaux ; ce sont des plants adaptés à l'environnement locale, mais c'est aussi soutenir l'économie locale

  • Des acteurs éthiques, tels que La box à planter, graines del pais, kokopelli ou encore La belle & la graine

En ce qui concerne les pots pour vos semis, seulement votre imagination est la limite ! En plus, c'est l'occasion de recycler une partie des contenants qui finissent habituellement à la poubelle :

  • Les pots de yaourt

  • Les barquettes en plastique ou polistiren

  • Les briques de lait ou jus

  • Les caissons (que vous allez isoler avec un sac poubelle)

  • Les tubes de PQ

  • Les magasins et les revues publicitaires

Lors du premier confinement je vous ai concocté une mini-série de vidéos pour vous accompagner


En attendant, aidez la terre

  • Fertiliser : Apportez du compost ou du fumier sur les futurs planches de culture si ça n'a pas été déjà fait.

  • Engrais vert : Fauchez les engrais verts (que vous avez semé auparavant ou qui poussent naturellement sur place) sur les planches qui seront mises en culture quelques semaines plus tard.

  • Paillage : En fonction de la météo, retirez le paillage d'hiver pour que le sol se réchauffe en prévisions des premiers semis en extérieur.


Semez vos graines, plantez vos plants


En fonction de la saison, les semis et les cultures changent. C'est important de le savoir, pour éviter de planter trop tôt ou semer trop tard et ainsi rater vos récoltes.


Pour vous aider, nous avons ajouté un filtre pour les conseils de jardinage disponibles dans l'application Adopte ma tomate. Elle est disponible gratuitement, en version mobile pour Android ou en version web, il suffit juste de vous créer un compte.

Sélectionnez "à planter ce mois" et la liste de plants pour le mois en cours est au bout de vos doigts. Vous allez retrouver les besoins de chaque plante mais aussi les associations permacoles avec les autres plantes.



Globalement, au mois de février vous pouvez :

  • Faire des semis sous abris (dans une serre, dans la maison) : artichaut, les choux, brocoli, poireau, salade. Pour les semis d'aubergine, poivron et piment une température de 20° est nécessaire.

  • Faire des semis en pleine terre / en bacs (sous couche) : fève, carotte, céleri rave, épinard de printemps, petits pois, poireau, laitue de printemps. C'est aussi le moment pour faire germer vos patates et patates douces.

  • Planter en pleine terre / en bacs : ail, échalote, oignon, asperge, topinambour, rhubarbe. C'est la période pour planter vos arbres et arbustes en place.


Et pour aller plus loin, notre application tient compte de votre région, car la météo n'est pas toujours pareille et ni la période de semis et plantation.


Des conseils de jardinage personnalisés

Dans l’Ouest, semer des choux-fleurs et des pois sous cloche ; planter des échalotes en place et des pommes de terre sous abri


Dans le Sud, vous serez un peu plus occupés, car vous pouvez déjà :

  • Semer en pleine terre les carottes, le cerfeuil, les chicorées, les épinards, les fèves, la mâche, le persil, les poireaux, les pois, les poirées et les salsifis précoces, de l’arroche, des betteraves, de la ciboulette, des oignons rouges ou jaunes, de l’oseille, des radis, de la bourrache et de la camomille romaine

  • Planter la livèche, les asperges et les échalotes

  • Pincer, récolter les fèves semées en automne ou au début de l’hiver

  • Tailler les verveines citronnelles, si vous avez la chance d'en avoir


Sur le balcon ou en terrasse, plantez des fraisiers en jardinière, et commencez vos semis de radis dans un carré potager équipé d'une cloche transparente.


Observez, profitez, jardinez !

Et voilà, vous êtes officiellement une tomate jardinière !


A très vite,

La tomate Octavia


Posts récents

Voir tout
  • logo Facebook - White Circle
  • logo Instagram - White Circle
  • logo Mail white circle

© 2020 by Adopte ma tomate. Proudly created with Wix.com

Mentions légales  CGU